Régime flexitarien

Pourquoi manger moins de viande ?

Il y a cette idée récurrente, surtout en France, qu’un régime avec moins de viande (ou aucune viande ou aliment d’origine animale) est dangereuse pour la santé. Ce n’est absolument pas vrai. C’est sûr que si en enlevant la viande vous aller vous nourrir exclusivement de céréales et de pâtes, ça ne va pas être bon pour vous. Mais à ce stade-là, ça veut dire que vous êtes déjà en train de faire tout faux. (voir mon article Un régime végétarien (ou végétalien) ne signifie pas forcément sains.)

Je tiens à préciser que je ne suis pas vegan, ni obsédé par l’idée de respecter à la lettre un régime donné. Je mange de la viande parfois et je mange souvent des œufs. Mais en diminuant ma consommation de viande, je contribue à ma façon à un meilleur monde. Pas seulement à sauver des animaux, mais aussi à sauver la planète. J’ai appris aussi à manger plus de légumes, et à me diversifier dans mes choix. Il y a beaucoup d’inventivité dans les régimes végétariens ou vegan. On n’a pas besoin de viande tous les jours. Personnellement, j’en mange 2x par semaine, quand j’en ai l’occasion.

Plusieurs facteurs motivent cette consommation faible en viande :

– santé : les viandes de nos commerces ne sont pas toujours de la meilleure qualité. Les animaux sont souvent traités au antibiotiques et nourris avec une alimentation spécialement conçue pour les engraisser. Je ne peux pas généraliser à toutes les viandes. Il y a bien sûr toujours des exceptions. Toutefois, les graisses animales ne sont pas conseillées, surtout pas en grande quantité.

– économique : Je suis jeune adulte et bien sûr, l’argent qui va avec. La viande, c’est super cher. Encore pire quand on veut de la viande de qualité. À mes yeux le rapport viande/plaisir/bienfaits/prix n’est pas en faveur de la viande. Cette « courbe » est différente pour tout le monde.

– éthique : j’aime les animaux, je ne supporte pas de me nourrir de leur souffrance. Malgré que je mange encore de la viande de temps en temps, le jour où la viande en tube sortira des laboratoires, j’aurais beaucoup meilleur conscience de craquer de temps en temps. Du coup, je préfère mettre le prix, en acheter beaucoup moins souvent, et manger de la viande qui a été « plus » heureuse : poule élevé en pleine air, gibier, vâches et porc ayant vu la lumière naturel et ayant brouté paisiblement l’herbe de ma région.

– environnementale : l’élevage intensif de la viande est vraiment une plaie pour la planète. Comme toute la surconsommation et surproduction de tous les aliments.

MAIS, je ne crois pas aux régimes restrictifs (aucun, souvenez-vous, pas d’interdits, seulement des meilleurs choix !). Je veux pouvoir être invité normalement par les gens. Je veux aussi pouvoir manger un burger de temps en temps.

Ce mode de vie à un nom : Le flexitarisme. Dans l’idée, c’est un peu comme la consommation d’électricité. On éteint les lumières plus souvent, et on échange nos vieilles ampoules par des ampoules à économie d’énergie, mais on n’arrête pas de vivre avec l’électricité. On devient consommateur conscient et responsable. Chacun apporte sa contribution.

 

Add Your Comment